La production mondiale de l’endive se concentre sur 3 pays. 
Les Pays-Bas, la Belgique et la France, premier producteur en Europe
.

Sur nos territoires

Les Endiviers français produisent aujourd'hui un peu moins de 160 000 tonnes réparties sur 7 400 hectares.
Au dernier recensement, le nord de la France, bassin historique de l’endive représentait 95% de cette production. Le reste étant produit par la Bretagne et les autres régions.
Force est de constater une érosion de la production depuis 10 ans. En 2002, les 875 endiviers du bassin nord produisaient 210 000 tonnes pour 11 200 hectares emblavés et la Bretagne 18 600 tonnes.

L'endive blanche

Au 31 décembre 2017, l’APEF se compose de 12 organisations de producteurs adhérentes soit 190 endiveries réunies autour de 274 producteurs pour un volume de 119 791 tonnes auquel s’ajoutent 6 producteurs indépendants qui totalisent 3 155 tonnes. Ces adhérents représentent aujourd'hui 78% de la production française.
L’APEF poursuit le dispositif de suivi de la production mis en place par l’organisation économique grâce à la collecte des déclarations de tonnages et le suivi des emblavements.
On constate à ce titre une baisse de 250 hectares par rapport à l’année précédente avec 7 391 hectares emblavés.
Nous notons depuis 3 ans une augmentation des transferts de producteurs indépendants vers les organisations de producteurs dans les Hauts-de-France.

Carmine©

Les surfaces emblavées de Carmine© sont en hausse pour la seconde année consécutive, même si le nombre de producteurs diminue.
De janvier à décembre 2017, les 19 producteurs ont mis en marché 571 tonnes soit 168 tonnes de plus que l’an dernier.
Les producteurs ont choisi de dynamiser ce produit de niche en concurrence avec l’endive rouge en consacrant un budget pour animer les ventes de Carmine© en février et mai 2018.

Barbucine©

Pour ce qui concerne la production de Barbucine©, nous avons presque doublé la production de 55 à 105 tonnes pour l’année 2017 et nous intensifions ce développement en 2018 avec une vingtaine d’hectares supplémentaires pour moins d’une douzaine de producteurs. Le produit trouve progressivement son marché même si la dynamisation du produit reste encore timide.