Physiologie et génétique

L’étude du comportement des plantes en interaction avec le milieu permet de préciser les conditions optimales de culture.

Les travaux d’évaluation variétale, de pathologie et de nutrition s’attachent à mieux connaître le potentiel génétique des variétés.

L’analyse du métabolisme azoté (capacités d’accumulation au champ et de mobilisation au forçage) aboutit à leur classement pour leur besoin en azote.

Les essais réalisés en condition de nutrition contrôlée « au champ » ont permis de relativiser l’effet du ravageur Pemphigus bursarius (puceron des racines), par rapport à celui du stress hydrique, et de confirmer l’importance du tassement du sol pour limiter sa progression et son impact. Ils ont également mis en évidence les possibilités de lutte biologique contre ce puceron grâce à son prédateur, le diptère Thaumatomyia sp., et ainsi soutenu l’importance d’une lutte chimique raisonnée.

La comparaison de la sensibilité de diverses chicorées a montré les possibilités d’une lutte génétique contre ce puceron mais aussi contre les souches les plus agressives de Phytophthora par exemple.

LES DÉFIS ACTUELS

Poursuivre l’exploration de la diversité des chicorées pour identifier de nouveaux caractères d’intérêts agronomiques, technologiques, nutritionnels et environnementaux.
Améliorer
l’efficacité d’utilisation de l’azote du sol et identifier les variétés aptes à être forcées sans apport de solution nutritive au forçage.
Étudier les relations entre métabolisme azoté et la réponse aux bioagresseurs. 

Ce programme nous permettra ainsi de caractériser la diversité génétique pour mieux l’exploiter.